Préserve-moi du malheur

Plus on grimpe, plus la chute est dangereuse et les conséquences dramatiques, un peu à l’image d’un pot de peinture. S’il tombe de sa hauteur, une simple flaque se répandra. Mais s’il se renverse depuis une échelle la peinture éclaboussera toute la pièce.

 

Beaucoup pensent que vous êtes exempt de difficultés tant que la main de Dieu repose sur vous, tant que le Seigneur vous comble de ses bénédictions et qu’il ouvre les frontières. Peu importent les défis, vous gagnerez haut la main ! Ce n’est pas tout à fait ainsi que cela fonctionne et Jaebets l’avait très bien compris. C’est pourquoi, après avoir prié en réclamant la bénédiction, en demandant à Dieu d’étendre ses limites et en sollicitant la main miraculeuse du Très-Haut, il demanda au Seigneur sa protection contre le malheur.

 

J’ai eu l’occasion de pratiquer la randonnée en haute montagne. Certains endroits sont si hauts et si vertigineux que vous devez marcher avec des chaussures adaptées tout en prenant soin de raser le flanc rocheux. Il serait risqué de chercher à les franchir rapidement avec, aux pieds, des semelles glissantes.

 

Alors vous progressez lentement, en serrant à pleines mains la corde qui longe la paroi. Vos mouvements inconsidérés dans la plaine deviendraient insensés à haute altitude. Il en de même dans le domaine spirituel. Plus vous serez bénis, plus vos limites seront repoussées, plus vous vivrez le miraculeux, et plus vous devrez vous méfier de la chute. Il y a un appel à préserver ce que Dieu a accompli dans votre vie.

 

Extrait du livre « SAISIS LA VIE » : http://www.patricemartorano.com/boutique/saisis-la-vie/

 

Patrice Martorano