L’eau du renouvellement

En ce temps-là, Jésus vint de Nazareth en Galilée, et il fut baptisé par Jean dans le Jourdain (Marc 1.9).

 

Le Jourdain est un fleuve recevant son eau de la mer de Galilée et finissant sa course dans la mer Morte. La différence entre ces deux mers est majeure. La mer de Galilée est grouillante de vie, c’est un lieu fantastique, marqué par des événements surnaturels. C’est là où se produisit la fameuse pêche miraculeuse où les filets étaient remplis au point de craquer, là encore où des tempêtes impressionnantes ont été apaisées grâce à l’intervention du Seigneur. C’est un lieu de vie, de fécondité, d’aventure, d’apprentissage de la foi… Quant à la mer Morte, elle porte bien son nom : c’est un lieu de stérilité et de mort.

 

Les premiers baptêmes eurent lieu dans ce fameux Jourdain. Au-delà de la symbolique du baptême, il y a également celle du Jourdain, un endroit où les âmes étaient lavées de leur vie passée. L’eau du renouvellement provenait de la Mer de Galilée. Dès que la personne était baptisée dans cette eau fraîche, l’eau poursuivait sa course, chargée des impuretés de l’âme, pour finir dans la mer Morte. Irrémédiablement, la Mer Morte recueillait l’eau du péché, de la honte, de l’incapacité humaine à aller de l’avant.

 

Aujourd’hui, je vous encourage dans votre temps de prière à vous tenir dans un Jourdain symbolique. A réclamer à Dieu cette eau pure, celle provenant du trône de la grâce, qui va vous purifier, vous renouveler, vous restaurer, vous donner la capacité d’avancer afin que les choses anciennes passent et que toutes choses deviennent nouvelles. Que tout ce qui vous empêche de saisir la vie puisse s’écouler dans la mer Morte, là où il n’y a ni avenir ni vie.