Dire non à Dieu

« Jonas descendit à Jaffa et trouva un navire qui allait à Tarsis ; il paya le prix du transport et s’embarqua avec les gens pour aller à Tarsis, loin de la face de l’Éternel » (Jonas 1:1-3).

 

Pour beaucoup de personnes, le livre de Jonas est grotesque, voire irréel. Est-ce que Dieu désirait vous distraire ? Le peuple juif prend ces écrits très au sérieux, au point que tout le livre est lu dans les synagogues le jour de Yom Kippour car des leçons très importantes en sont extraites : voici ce qui se passe quand on dit « non » ou « oui » à Dieu.

 

Sans aucune ambiguïté, Jonas refusa l’appel, il a dit « non » à Dieu. La désobéissance a toujours des répercussions. Du moment où vous dites non à Dieu, vous sortez de la zone de protection divine. Et c’est là, tapi dans l’ombre que Satan viendra vous « aider ». Jonas trouva un billet immédiatement, à l’opposé du plan de Dieu. Le diable facilita le départ de Jonas de manière surprenante. Quand vous obéissez à Dieu, le diable vient vous mettre des bâtons dans les roues mais quand vous désirez désobéir à Dieu, c’est l’inverse qui prend place pour peu de temps, car les complications ne tarderont pas à tomber.

 

Ne vous y trompez pas : c’est illusoire de croire que, malgré la désobéissance, tout ira pour le mieux. Sur le bateau, Jonas vécu une tempête mémorable. S’il y a des ouragans qui viennent de l’ennemi de vos âmes, il y a parfois des tumultes provoqués par Dieu. Chaque tempête produit de la tristesse. Comment faire la différence entre celle qui vient de Dieu et celle de l’ennemi ? La Bible nous enseigne que « La tristesse selon Dieu produit une repentance à salut dont on ne se repent jamais, tandis que la tristesse du monde produit la mort » (2 Corinthiens 7:10).

 

Si aujourd’hui vous êtes au cœur de la tempête, posez-vous la question suivante : « Est-ce le résultat d’une désobéissance envers Dieu ? » Si c’est le cas, repentez-vous et saisissez le salut offert par Dieu. Si ce n’est pas le cas, gardez les yeux fixés sur Jésus, il est votre protection.

 

Patrice Martorano