Corrigez votre pensée

« Soyez transformés par le renouvellement de l’intelligence afin de discerner quelle est la volonté de Dieu, ce qui est bon, agréable et parfait » (Romains 12.2).

 

Si une personne écrit un texte et fait une faute d’orthographe, l’erreur prend naissance dans son esprit ; ce n’est qu’ensuite qu’elle la transcrit sur le papier. Donc, cette personne ne peut corriger sa faute sur papier tant qu’elle ne l’aura pas corrigée dans sa tête. Si le cerveau n’en prend pas conscience, l’erreur se perpétuera. De la même manière, les gens veulent rectifier les erreurs du monde qui les entoure au lieu de modifier leur façon de penser. C’est pourquoi ils sont désorientés et répètent en boucle les mêmes fautes sans pouvoir s’échapper de ce cercle infernal. Il est temps d’apprendre à s’abandonner dans les mains de Dieu afin de percevoir les événements avec la bonne vision. Votre Seigneur ne veut pas que vous restiez malheureux toute votre vie.

 

En ce jour, vous pouvez mettre fin à vos mauvaises appréciations qui génèrent ressentiment, colère et frustration. Ce n’est pas votre travail qui est ingrat mais c’est la façon dont vous l’abordez qui le rend déplaisant. Ce ne sont pas vos enfants qui ne sont pas assez intelligents mais vous ne pouvez vous empêcher de les critiquer quoiqu’ils fassent. Ce n’est pas le pays où vous vivez qui est mauvais mais ce sont à vos attentes qu’il ne répond pas. Ce n’est pas votre âge qui vous rend vieux mais celui que vous décidez de porter dans votre tête, etc.

 

En finissant cette pensée, vous pourrez constater que votre situation n’a pas changé. Si votre enfant est parti, si vous avez traversé un divorce, perdu votre emploi, les choses n’ont pas évolué. Ce qui est fait est fait, ce qui s’est passé est passé et vous ne pourrez pas revenir en arrière pour changer le cours de votre histoire.

 

Cependant, votre perception des évènements écoulés peut évoluer : deux choix s’offrent à vous, deux visions vous sont proposées. La vôtre ou celle de Dieu. Soit vous restez figés sur l’événement qui vous a fait tant souffrir et vous resterez amarrés à cette souffrance, incapables de vous en échapper ni d’en guérir. Ou bien vous décidez de modifier votre perception du même événement en choisissant de regarder naturellement à Dieu. Sa main est sur vous comme elle l’a été sur Néhémie afin de vous redonner tout l’élan pour vous relever et poursuivre votre route.